Relations DSI / Métiers : une évolution constante et nécessaire

Source : LES ECHOS Julie Le Bolzer - Le 25/11/2014

A l’heure où les missions de la DSI ne cessent d’évoluer et peuvent se révéler protéiformes, il est temps qu’elle renouvelle ses relations avec les directions Métiers.

Rigides, lentes, opaques, coûteuses... Les DSI souffriraient d’une piètre image. C’est ce que constate l’Observatoire de la transformation des entreprises du cabinet Solucom. « Pour faire changer cette perception, et surtout pour améliorer la relation entre la DSI et les Métiers, une révolution culturelle, une véritable rupture, doit s’opérer au sein des organisations », indique Carole Pezzali, senior manager chez Solucom. L’enjeu est de taille : en transformant les modes de travail et en fluidifiant les échanges entre DSI et Directions Métiers, c’est l’organisation toute entière qui peut gagner en efficience, l’entreprise elle-même qui peut gagner en performance. Solucom a identifié chez ses clients des bonnes pratiques collaboratives pour réussir la transformation digitale.

Le rapprochement entre maîtrise d’ouvrage (MOA) et maîtrise d’oeuvre (MOE)

La transformation numérique ne peut s’opérer sans transversalité entre la maîtrise d’ouvrage (MOA), chargée de définir les méthodes de travail en phase avec le projet informatique, et la maîtrise d’oeuvre (MOE) qui conçoit le système d’information. « Ces dix dernières années, la fonction MOA informatique s’est structurée en pôles ou en direction centralisée. Cela a permis de professionnaliser les méthodes, de mieux gérer les compétences, de mieux piloter les projets transverses et de maîtriser les coûts autrefois cachés représentés par les MOA, observe Carole Pezzali. Néanmoins, la présence de trois silos distincts (DSI, MOA, MOE) génère un effet tunnel, avec une moindre proximité Métiers/MOA, un manque de transparence de la DSI envers la MOA, un éloignement des équipes DSI et Métiers, une lourdeur dans le suivi de projet... ». La mise en place d’un chef de projet unique, par exemple, travaillant étroitement avec un profil de business analyst, peut contribuer au rapprochement et à l’adoption d’un fonctionnement plus fluide. « Le regroupement des équipes de MOA et MOE par domaine fonctionnel, et aligné avec l’organisation Métier, est une réponse efficace », dit-elle.

Une DSI « relationnelle » et communicante

Le concept de « DSI relationnelle », véritable partenaire des Métiers, est récent et fait appel à des compétences relationnelles et de pilotage encore peu déployées. Pourtant, si la DSI veut endosser son rôle de « conseil » auprès des Directions Métiers, elle doit anticiper, gagner en visibilité et donc communiquer davantage. Etre à l’écoute des utilisateurs est la première étape. Cela signifie intégrer les nouveaux usages numériques, transformer le poste de travail des collaborateurs pour l’adapter aux situations de travail... Ensuite, il s’agit de rendre visible ce à quoi œuvre la DSI par des maquettes, et par un suivi visuel de l’avancement de chaque étape de fabrication. « En outre, la proximité entre Métiers et DSI ne peut se créer et se maintenir dans la durée qu’à condition de créer les parcours RH transverses, cela de manière volontariste, souligne Carole Pezzali. Les mobilités entre postes Métiers et postes IT. au niveau opérationnel et au niveau managérial sont la clé pour développer l’innovation et l’agilité, et ainsi réussir la transformation numérique des entreprises. »


En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/0203961631141-la-dsi-doit-oser-renouveler-ses-relations-avec-les-metiers-105647.php?YA1JKQozfAklrjMC.99

externalisation détection leads Votre organisation télémarketing détection de leads phoning

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !