2015, une année de croissance pour les éditeurs de logiciels.

Avec 9% de croissance et 15% d'augmentation des investissements R&D, le logiciel français se porte bien. Une santé à tempérer tout de même, car le chiffre d'affaire 2015 est généré à 54% par les 5 premiers éditeurs à eux seuls ...

2015 est un bon millésime : 9% de croissance du chiffre d’affaires, doublement des résultats, 15% d’augmentation des investissements en R&D, des créations d’emplois qualifiés portant l’effectif total à 107 000 salariés avec une très faible propension à la délocalisation…

Tels sont les principaux chiffres de cette 12e édition du Truffle100 qui classe les 100 éditeurs de logiciels français.  Le chiffre d’affaire atteint 7,5 milliards d’euros en 2015, en croissance de 13% contre 6,6 milliards d’euros en 2014. Le marché français de l’édition de logiciels reste également largement tiré par le haut du classement, les 5 premiers éditeurs représentant 54% de ce chiffre. Ces bons chiffres ne doivent pas faire oublier la dimension très modeste du logiciel français à l’échelle mondiale et même européenne. Le premier de ce classement, Dassault Systèmes, qui représente plus du tiers de ce chiffre d’affaires est le seul éditeur de dimension mondiale.

Le Palmarès de tête par ailleurs en mouvement : Sopra Steria monte à la 2ème place derrière Dassault Systèmes, suivie par Murex. Cegedim précédemment à la deuxième place du classement, descend au 4ème rang, et Axway conserve la 5ème place.

Parmi les faits marquants pouvant expliquer ces évolutions on peut citer la forte croissance du chiffre d’affaire de Sopra-Steria suite au rapprochement des deux entreprises, ainsi que la vente de sa division « CRM et données stratégiques » à IMS Health par Cegedim. De nombreuses évolutions sont ainsi menées dans un secteur en profonde mutation avec l’arrivée de nouveaux enjeux et la recherche de nouveaux modèles économiques.

On notera par ailleurs l’augmentation de la part des sociétés en décroissance qui passe de 1% en 2014 à 11% en 2015.
– 24 éditeurs ont progressé dans le classement (ils étaient 60 en 2014)
– 9 ont conservé leur place (stable par rapport à 2014)
– 7 sociétés sont sorties du classement, dont deux suite à des rachats : Dictao (#66 du classement en 2014 avec un chiffre d’affaires logiciel de 14,9 M€) racheté par Morpho (Safran) et Ordirope (#87 du classement en 2014 avec un chiffre d’affaires logiciel de 10 M€) racheté par GFI Informatique

Le résultat net du Top 100 est par ailleurs en très nette augmentation à 1,2 milliard d’euros contre 600 M€ en 2014. Cette évolution est portée notamment par la croissance des résultats de Dassault Systèmes (576 M€ en 2015 contre 465 M€ en 2014) et du groupe Cegedim qui passe d’une perte de 200 M€ en 2014 à un bénéfice de 67 M€ en 2015.

Effectifs globaux et R&D

La nette croissance globale du chiffre d’affaire se reflète également au niveau des recrutements, avec des effectifs en augmentation à 107 000 (+3500) en 2014. Les effectifs de R&D sont également en légère augmentation et représentent 15,7% de l’effectif total contre 15% en 2014 ; soit près de 1 000 recrutements sur ce seul secteur.

Après une légère érosion en 2014, les investissements globaux en R&D repartent également à la hausse et atteignent 1 176 millions d’euros, contre 1 024 millions d’euros en 2014. La R&D reste par ailleurs très largement internalisée, 73% des éditeurs n’envisageant pas de délocaliser cette activité placée au cœur de leur développement. La plupart des éditeurs considèrent en effet que l’internalisation de la R&D est un facteur stratégique clé qui permet notamment de favoriser la réactivité.

L’Île-de-France conserve sa place centrale

La région Île-de-France conserve sa position prédominante dans le classement, regroupant toujours 83% du chiffre d’affaires Edition, 88% de l’effectif total et 82% des effectifs R&D ; chiffres stables depuis 2014. Elle est toujours suivie par la région Auvergne-Rhône-Alpes qui totalise 9% du chiffre d’affaires Edition (8% en 2014), 6% de l’effectif total (5% en 2014) et 9% des effectifs R&D. A elles deux, les régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes représentent toujours 91% du chiffre d’affaires Edition.

A l’international, le classement des implantations a par ailleurs évolué avec la montée des Etats-Unis et de l’Espagne tous deux ex-aequo à la 2ème position. L’Allemagne descend de la 2ème à la 4ème place.

Tendances et prévisions

La révolution apportée par les offres en SaaS et le cloud continue d’impacter fortement le secteur. Pour faire face à l’évolution des usages et la demande en croissance, 74% des éditeurs du Top 100 disposent désormais d’une offre en Saas (contre 68% il y a un an). 64% des éditeurs estiment que cette tendance continuera à influencer grandement le marché, porté également par les applications de mobilités (61%) et le Big Data (33%).

Le marché devrait toujours afficher une bonne santé en 2016, 42% des éditeurs du Top 100 anticipant une croissance située entre 5% et 15%. Cette croissance devrait se refléter sur les effectifs (pour 66% des éditeurs), le développement de projets de R&D (63%) et le déploiement des activités à l’international (60%).

télémarketing détection de leads phoning externalisation détection leads Votre organisation

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !